Yɛrɛlɔn

1. Yɛrɛlɔn / Se connaître soi même

N’ka so lɔn, n’ka ji lɔn, yɛrɛlɔn le ɲɔgɔn tɛ.

"Je sais aller à cheval, je sais nager," le mieux c’est: "je sais me prendre. "

Bakɔrɔnin ka sibon sɔrɔ, a ko "lukɛnɛ!"

Le bouc a trouvé une chambre, il demande la cour.

Ba degunin bɛ kinin kɛ.

Le cabri coincé peut mordre.

Ba min bɛ kasi, minlɔgɔ tɛ o ra.

Le cabri qui bêle n’a pas soif.

Ni ba nɔnɔ ka diya i da cogo o cogo, i tɛ sɔn ka bakɔrɔnin wele ko i belencɛ.

Tu as beau aimer le lait de cabri, tu ne vas pas quand même appeler le bouc ton oncle

Badenyakɛlɛ bɛ sisi bɔ, nka a tɛ mana.

Palabre des frères fait de la fumée seulement il ne s’enflamme pas.

Bagama kɛlɛtigɛbaga mako tɛ jo sɔrɔri ra.

Celui qui fait palabre juste pour provoquer ne cherche pas de raison.

Ka bakɔrɔnin dɔ falen dɔ ra, i b’a sɔrɔ kelen jogo le ma ɲi.

Si on échange un bouc contre un autre bouc, c’est que l’un d’eux a un mauvais caractère.

Ni fugula fiyeerera k’a wari don kɔgɔ ra, o bɛɛ ye kungolo ta nafa le ye.

Quand on vend le chapeau pour acheter du sel, Tout est à l’avantage de la tête.

Basa bɛ ji min ni sisɛw ye.

Le margouillat boit avec les poules.

Ni basi ka denmisɛn saran, o b’a fɔ ko a domukojuguya lo, nka n’a ka mɔgɔkɔrɔba saran, o b’a fɔ ko ji le m’a labɔ.

Quand le couscous prend l’enfant à la gorge, on dit c’est parce qu’il est gourmand; mais quand il prend un adultte à la gorge, on dit c’est parce qu’il n’y a pas assez d’eau dans le couscous.

Bɛɛ k’a lɔn ko galama tɛ kongosɔgɔw minyɔrɔ ra.

Tout le monde sait que là où les animaux boivent il n’y a de louche.

Bɛɛ y’a ye, o ka fisa mɔgɔ kelen y’a ye.

Si tous voient, c’est mieux qu’une seule personne voit.

Bɛɛ ka farin i facɛ ta so da ra.

Chacun est brave devant la porte de son père.

Bɛɛ n’i diyanyamɔgɔ lo.

A chacun a son partenaire aimé.

Bɛɛ n’i karanmɔgɔ.

A chacun son maître.

Bɛɛ sobɛ ye i sobɛ le ye.

Le sérieux de chacun est son sérieux.

Blakoro facɛ bɛ se a ra, blakɔrɔ bɛ se basa ra, basa bɛ se liden na, liden bɛ se blakoro n’a facɛ ra.

Le père du garçon est plus fort que lui, le garçon est plus fort que le margouillat, le margouillat est plus fort que l’abeille, l’abeille est plus fort que le garçon et son père.

Bulonkɔnɔsi tɛ se ka den n’a fa kɛ flan ye.

Dormir dans le même vestibule ne fait pas que l’enfant et son père soient des camarades d’âge.

Mɔgɔ bennin fla tɛ se ka ɲɔgɔ lawuri.

Deux hommes tombés ne peuvent pas se relever l’un l’autre.

Bobo bɛ siko, ni dugu gbɛra a ɲafɔko b’a kɔnɔgban.

Le muet fait un rêve la nuit, le matin il ne sait comment le raconter.

Bori min tɛ dabla k’a ye, n’i sen ka di cogo o cogo i bɛ mina o ra.

Tu as beau être bon coureur, dans une course qui n’en finit pas, tu seras un jour rattrappé.

Ka i borituma lɔn o ka fisa, ni “n’bɛ se bori ra.”

Bien choisir le moment de courir, vaut mieux que de dire: " Je sais courir!"

Borokande tɛ so ci, nka a b’a yira a cibagaw ra.

Un doigt ne peut pas détruire la maison, mais il peut la montrer à ceux qui détruisent.

Bonbosi tɛ kɔrɔya sarati ye, sabu bakɔrɔnini bɛ woro n’a ta ye.

Une barbe n’est pas une preuve qu’on est vieux, le bouc en a à la naissance même.

Bɔrɔ lakolon tɛ se ka lɔ.

Le sac vide ne peut pas tenir debout.

Dɔ bɛ so sanna, dɔ bɛ soku tɛrɛmɛna.

Certains achètent le cheval, alors que d’autres discutent le prix d’une queue de cheval.

Cɛ siranbagatɔ borikan ye ko : “Mugu banna, kisɛ bɛɛ banna!

Le guerrier peureux coure en disant: " Il n’y a plus de poudre, plus de plomb!"

Cɛ dɔ ka surun, nka a ta derege kan tɛ mina dɛ!

Certains hommes sont courts, mais on ne peut pas attrapper les colles de leur chemise

Cɛ fin bɛɛ tɛ numu ye, a gbɛman bɛɛ tɛ fla ye fana.

Tous les hommes noirs ne sont pas forgerons, tous les hommes clairs ne sont pas peulh.

Lonancɛ jiminbari tɛ can fɔ.

L’étranger qui n’a pas bu ne dit pas la vérité.