Surugu kuma

1. Surugu kuma / Paroles d’hyène

Surugu fanin bɛ basen kɛ tagamabere ye.

L’hyène rasasiée, se sert de la patte de cabri comme simple canne.

Surugu fanin bɛ banaji fiyeere.

L’hyène rasasiée vend le bouillon de cabri.

Surugu dɛsɛra koro min na, wuru tɛ se ka o ta.

L’os que l’hyène n’a pas pu croquer, le chien ne peut pas le prendre.

Surugu fanin bɛ banogo kɛ kannakɔnɔn ye.

L’hyène rasasiée se sert des intestins de cabri comme collier.

Surugu kelen le bɛ surugu tɔ bɛɛ tɔgɔ cɛn.

C’est une seule hyène qui gâte le nom de toutes les autres hyènes.

Surugu ko : “serilon na muso bɛɛ cɛ kaɲi.”

L’hyène dit: "le jour de la fête toutes les femmes sont belles.

Surugu ko, ko mɔgɔ ka kan k’i yɛrɛ degi sensabatagama ra, lon dɔ kosɔn.

L’hyène dit qu’il est bon d’apprendre à marcher à trois pattes, en prévision de certains jours.

Ni surugu ka i muso ɲamɔgɔcɛ mina, mɔgɔ ma surugu ci, nka surugu ma kojugu kɛ.

Si l’hyène attrape l’amant de ta femme, personne n’a demandé ça à l’hyène, mais ce que l’hyène a fait là n’est pas mauvais.

Surugu senna ka teri tabadagamin ma.

L’hyène n’a pas le temps de fumer une pipe.

Mɔgɔ tɛ surugulɔgɔ wurituma lɔn.

Personne ne sait à quel moment le marché des hyènes ferme.

Surugu ta sogoflagbɛn, dɔ bɛ taga k’a dan.

Quand l’hyène court après deux proies, une lui échape.

Surugu tɛ forotomugu lɔn domufɛn ye.

L’hyène ne reconnait pas la poudre de piment comme nourriture.

Surugu ko ale tɛ mɔgɔnafin da domu

L’hyène dit qu’elle ne mange la bouche de l’homme

Sufɛmisi bɛɛ ye misifin.

Toutes les vaches sont noires la nuit.

Su min bɛ diya, o bɛ lɔn kabini a wulada.

Quand la nuit va être bonne on le reconnait dans la soirée

Cɛnnikɛbaga ta fanga ka bon ni ɲanikɛbaga ta fanga ye.

Celui qui détruit a plus de force que celui construit.

Tolen ko : “ne bɛ n’dulonyɔrɔ le ɲini, ne tɛ kotigiya ɲinina.

La chauve souris dit:"je cherche tout juste un coin pour m’accrocher, je ne cherche pas un grand nom."

Totodinga sogibagajugu, lon dɔ i bɛ bɔ i bɛmacɛ dɔ sukoro kan.

Trop grand creuseur de trou de rat, un jour tu risques de deterrer les os d’un de tes ancêtres!

Tɔgɔ ye sɔrɔfɛn ye, tɔgɔ tɛ karabara.

Un grand nom, on vous l’attribue, un grand nom, on ne le force pas.

Tagamabari tɛ yirikurun lɔn fɛnjugu ye.

Celui qui ne marche jamais ne sait pas que la souche de bois est dangereuse.

Torogberen tɛ sankurukan mɛn, nka ni sanji bɛ ben a bɛ o lɔn.

Le sourd n’entend pas le ciel gronder, mais quand il pleut il le sait.

Toron ni yɛrɛko le bɛ dugu diya.

C’est les jeux et le rire qui rendent le village intéressant.

Toron tɛ sɔbɛ sa.

Le jeux n’empêche pas d’être sérieux.

Wagati sebari tɛ karaba.

On ne force pas un temps qui n’est pas encore arrivé.

Wara kɔngɔtɔ ma ɲi, a fanin ma ɲi.

Quand le fauve est affamé il est dangereux, quand il est rasasié il est dangereux.

Wara min ko : “a ye n’kun ci !”, ɲama tɛ o ra.

L’animal qui dit lui même:"Fracassez moi le crâne!" n’a pas de force vengeresse!

Ni sula ka yiri lɔn cogo o cogo, a bɛ kɔnɔ kɔ.

Le singe a beau savoir grimper à l’arbre, il vient après l’oiseau.

Wurufa fla ye jendekala ye.

Le remède de la râge c’est un coup de gourdin.

Woroden ye dugalen le ye, a tɛ flɛ ka ban.

L’enfant est un miroir pour les parents, on n’en a jamais assez de le regarder.

Wɔrɔsɔ bɔrɔraman, mɔgɔ tɛ o si lɔn, nka fɛn dɔ kurunin bɛ bɔrɔ kɔnɔ, i b’o lɔn.

On ne peut pas reconnaître une faucille dans un sac, mais on peut au moins savoir qu’il y a un objet courbe dans le sac.

Kɔnɔ bɛɛ bɛ ɲɔ domu, nka min bɛ si ɲɔtu ra, a bɛ fɔ o ma ko ɲɔdomukɔnɔ.

Tous les oiseaux mangent le mil, mais celui qui dort dans le champ de mil, lui, on l’appelle mange-mil.

Wuru welenin le bugɔ ka di.

C’est le chien appelé qui est facile à frapper.

Wuruwele le bɛ a kongotaga diya.

C’est quand on appelle le chien qu’il est facile de l’amener à la chasse.

Safinaminan cira, wuru ta mun bɛ o ra?

La savonnière est cassée, en quoi cela regarde le chien?

Yɛlɛmayɛlɛma le bɛ ŋɔmi ɲa.

C’est à force de tourner et de retourner que la galette cuit bien.

N’i ka nɛn ye borokandenw cɛ ra, ni li tɛ yi, kɔgɔ le bɛ yi.

Quand tu vois la langue entre les doigts, C’est qu’il y a du miel, ou du sel.