Mɔgɔkɔrɔbakuma

1. Mɔgɔkɔrɔbakuma / Paroles d’anciens

N’i ko i ma fitirimawaliya lɔn, i ma nyunan caaman le kɛ.

Si tu ne connais pas l’ingratitude, c’est que tu n’a pas fait beaucoup de bonnes actions.

Ka bori kɛrɛ ra, o tɛ cɛfariya sa; kɔflɛbariya le ka jugu.

Se sauver de la bataille, n’empêche pas d’être brave, ne plus jamais regarder derrière, voilà ce qui est grave

Bori ka di, nka kɔflɛ fana b’a diya.

Se sauver est bon, mais il faut regarder de temps en temps en arrière.

Mɔgɔkɔrɔbakuma ye surugubo le ye, n’a kɔrɔra a bɛ gbɛ.

Les paroles des anciens c’est les excréments de l’hyène, avec le temps, elles blanchissent.

N’i ko i cɛkaɲi su fɛ, ni dugu gbɛra i bɛ ye.

Si la nuit tu dis "je suis beau" Quand il fera jour, on te verra.

Ni mɔgɔ ma ben, a kunnaminan suguya tɛ lɔn.

Tant que l’homme ne tombe pas, on ne sait pas ce qu’il ya dans le panier qu’il porte.

Mɔgɔ man kan ka bere to i boro, k’a to wuru ye i kin.

Il ne faut pas laisser le chien te mordre alors que tu as un bâton en main.

Sigi tɛ mɔgɔ sɔn, n’a kɛbaga t’i boro.

Rester assis ne recompense personne a moins que tu n’aies quelqu’un qui travaille pour toi.

Mɔgɔ min bɛna to ji ra, hali ni o tigi ka nɛgɛ wulen le sɔrɔ a b’a mina.

Celui qui va se noyer saisira même un fer rougi au feu pour se sauver

Ni biɲɛ ɲinibaga yɛrɛ sen lanin bɛ biɲɛnkala kan, o biɲɛ tɛ se ka ye.

Si celui qui cherche l’aiguille a lui même son pied dessus, on ne verra jamais cetta aiguille

Nyininkarikɛbaga tɛ firi.

Celui qui se renseigne ne peut pas se perdre.

Mɔgɔ man kan k’a borokɔnɔ jɛgɛ firi a senkɔrɔta kosɔn.

Il ne faut pas jetter le poisson que tu as en main au profit de celui qui est à tes pieds.

Mɔgɔ m’a fɔ ko lo bɔra, lo ko: "N’bɔra!".

Personne n’a dit que le masque est sorti et le masque lui même dit: "Je suis sorti!"

Mɔgɔ koji bɛɛ tɛ bɔn i kan.

Quand on se lave, toutes les goûtes d’eau ne touche pas le corps.

Sani i ye kɔgɔ kɛ i nɛnkun kan, a kɛ i kɛwale ra.

Au lieu de mettre du sel sur ta langue, mets le dans tes actes.

"N’donna, nka n’ma foyi ta!" I donbariya le tun ka fisa.

"Je suis entré, mais je n’ai rien pris!" le mieux serait de ne même pas entrer.

Ni fiyentɔ sen ka juru tigɛ, mɔgɔ tɛ jigi a ra, nka n’a ɲi ka tigɛ, sariya b’a mina.

Si le pied de l’aveugle coupe la corde, on ne peut lui en vouloir, mais si ses dents coupent la corde, il est condamnable.

Na an ye jɛn, o kɔrɔ le ye na an ye kɛrɛ.

"Viens qu’on vive ensemble!" est égal à "viens qu’on fasse palabre!"

Misikuru gbɛnbere ye kelen ye, nka mɔgɔ kelen kelen bɛɛ n’a ta gbɛnbere lo.

Un seul bâton suffit pour conduire un troupeau, pour conduire des hommes il faut un bâton pour chacun.

Kojugu le ye mɔgɔ karanmɔgɔ ye.

C’est le malheur qui enseigne l’homme.

Dɔn diyatuma le ye mɔgɔ bɔtuma ye dɔn na.

C’est lorsque la danse est agréable qu’il faut sortir de l’arène.

Da ka surun, nka a fɔɲɔ bɛ taga yɔrɔ jan.

La bouche est courte, mais le vent qui en sort va loin.

Misi bɛ basi to a fari ra ka nɔnɔ bɔ.

La vache a du sang dans son corps, mais elle donne du lait.

Denmisɛnwuru sen ka di, nka a tɛ sira lɔn.

Le chien de jeunesse sait courir, mais il ne sait pas la route.

Denmisɛnwuru sen ka teri, nka a tɛ kongo lɔn.

Le chien de jeunesse est rapide, mais il ne connait pas la brousse.

Denmisɛnso sen ka teri, nka a tɛ taga yɔrɔ jan.

le cheval de jeunesse est rapide, mais il ne va pas loin.

Denmisɛn tɛgɛkokonyuman bɛ mɔgɔkɔrɔba dɛgɛ nɔɔni.

L’enfant dont la main est bien lavée peut préparer le "dégué" d’une vielle personne.

Ni tu ma gbasi a kɔnɔnɔfɛn tɛ lɔn.

Tant qu’on ne frappe dans le buisson on ne sait pas ce qu’il y a dedans.

Jigbanin fla tɛ se ka ɲɔgɔn suma.

Deux eaux chaudes ne peuvent pas se refroidir.

Jagofɛn nyuman le bɛ a yɛrɛ fiyeere.

La bonne marchandise se vend d’elle même.

Domuni diman diya tɛ lɔn, fɔ n’a banna minan kɔnɔ.

On ne connait le bon goût de la nourriture, que lorsqu’il finit dans la marmite.

Tɔnɔ fla tɛ sɔrɔ sisɛfan kelen na.

On ne peut pas avoir deux bénéfices dans le même oeuf.

Dunuɲalatigɛ ye batigɛ le ye.

La vie est une traversée de fleuve.