Mɔgɔ n’a kɛwale

1. Mɔgɔ n’a kɛwale|L’homme et son acte

Mɔgɔ tɛ gbɔncɛkɔrɔba degi tigawɔrɔ ra.

On n’apprend pas au vieux singe à décortiquer les arachides.

Mɔgɔ tɛ hɛra sɔrɔ n’i ma ɲani.

On n’a pas le bonheur sans souffrance.

Mɔgɔ b’i ɲa ko, hali n’a cinnin lo.

On se lave les yeux, même si on est aveugle.

Mɔgɔ kelen hakiri kelen, mɔgɔ fla hakiri fla.

Un homme, une idée, deux hommes, deux idées.

Mɔgɔ tɛ i ta samafagamugu cɛn sonzannin na.

On ne gaspille pas sa cartouche pour éléphant sur un lapin.

Mɔgɔ tɛ i ɲaw di i buranw ma ka flɛri kɛ n’i tɔn ye.

On ne donne pas ses yeux à ses beaux parents, pour regarder avec sa nuque.

Mɔgɔ tɛ i tere kɛ, ka mɔgɔ wɛrɛ tere kɛ.

On ne peut pas faire son temps, et faire le temps de quelqu’un d’autre.

Mɔgɔ tɛ to yiri ra ka yiri sɔrɔ, nka mɔgɔ bɛ to mɔgɔ ra ka mɔgɔ sɔrɔ.

On ne peut pas rester sur un arbre et atteindre un autre arbre, mais on peut rester avec une personne et atteindre une autre.

Mɔgɔ tɛ jakuma lɔgɔ girinwagati lɔn.

On ne sait pas à quel moment un marché de chats sera troublé.

Mɔgɔ tɛ kala ye, ka i ɲa turu a ra.

On ne voit pas la paille pour aller se piquer les yeux dessus.

Mɔgɔ tɛ kɛ kɔgɔ ye ka bɔ nan bɛɛ ra.

On ne peut pas être du sel pour saler toutes les sauces.

Mɔgɔ tɛ kɔ jan tigɛ n’i ma i kɔ flɛ.

On ne peut pas traverser une longue rivière sans regarder en arrière.

Mɔgɔ tɛ mɔgɔ lɔn ni aw ma jɛn ko ra.

On ne peut pas connaître quelqu’un si vous n’avez rien fait ensemble.

Mɔgɔ tɛ mɔgɔ lɔn n’i ma se o ta so.

On ne connait pas quelqu’un sans arriver chez eux.

Mɔgɔ tɛ so san a senkan fɛ.

On n’achète un cheval en se bansant sur le seul bruit de ses pas.

Mɔgɔ tɛ ɲɛgɛnɛ kɛ, banba ye bɔ o ra ka i mina.

On ne peut pas uriner et qu’un crocodile en sort pour vous attraper.

Mɔgɔ tɛ gban mɔgɔ kɔ gbansan, mɔgɔ fana tɛ faran mɔgɔ ra gbansan.

On ne suit pas quelqu’un san cause, on ne se sépare pas de quelqu’un sans cause.

I gbolo tɛ se yɔrɔ min na n’i ko i b’a sama k’a se yi, a bɛ faran.

Là où ta peau n’arive pas, si tu veux la tirer pour y arriver à tous prix, elle va se déchirer.

Mɔgɔ yecogo bɛ i ta batigɛsara nɔgɔya.

Ta physionomie peut diminuer le prix de ta traversée du fleuve (en pirogue)

Mɔgɔ si kelen fa tɛ Ala ye.

Personne n’a Dieu pour père à lui tout seul.

Mɔgɔ worora ka jori min to i facɛ sen na, i ka kan ka deri o kasa ra.

La plaie que tu as trouvé sur le pied de ton père à ta naissance, tu dois être habitué à l’odeur de cette plaie.

Mɔgɔ si t’a fɔ ko: “Ala ye baraka don sama ra !”

Personne ne dira: "Que Dieu donne de la force à l’éléphant!"

Sama tɛ dɛsɛ a ɲi kɔrɔ.

Les ivoires de l’éléphant ne peuvent pas être trop lourdes pour lui.

Ka mɔgɔ ye, ani k’a lɔn, o tɛ kelen ye.

Voir l’homme et connaître l’homme sont deux choses différentes.

Mɔgɔtigi nakan tɛ firi.

Quand l’homme populaire arrive on le sait.

Munyu le bɛ si bɔ sisɛfan na.

C’est la patience qui donne des plumes à l’oeuf.

Sabari le bɛ si bɔ sisɛfan na.

C’est la douceur qui donne des plumes à l’oeuf.

Mori bɛɛ n’a lɔyɔrɔ lo misiri ra.

Chaque maître religieux a sa place dans la mosquée.

Moriya ye cɛn ye, nka “n’tɛ bɔ misiri kɔnɔ ,” i b’a sɔrɔ jurunantigi dɔ bɛ i kɔnɔna so.

Etre un grand religieux c’est d’accord, mais ne plus vouloir quitter la mosquée, c’est qu’un créancier t’attend à la maison.

Mun bɛ sen ni kun se ɲɔgɔn ma, ni lakojuguya tɛ ?

Un pied et une tête ne se toucheront jamais, si ce n’est à cause d’une mauvaise manière de se coucher.

Mun le ka di nanbara ye, “na n’bi ta” kɔ ?

Qu’est ce que le paralysé aime, si ce n’est " viens que je te prenne!"

Ni muru da ka diya cogo o cogo, a tɛ se k’a kala tigɛ.

Le couteau a beau être tranchant, il ne peut pas couper sa manche.

Murunin da diyakojugu bɛ a la faran.

Couteau trop tranchant déchire son foureau.

Muso ɲanin den le bɛ cɛn.

C’est l’enfant de la bonne femme qui est mal éduqué.

Na diman tɛ mɛn daga kɔnɔ.

Bonne sauce ne dure pas dans la marmite.

“Na n’nyu ! na n’jigi !” Kunnankolon tagama le ɲɔgɔn tɛ.

"Venez me charger! Venez me décharger!" Le mieux c’est de voyager sans bagages.

Ni nafigi ka don mɔgɔ n’i ta kurusi cɛ, i b’a bɔ k’a firi.

Si le calomniateur se met entre toi et ton pantalon, tu va enlever ton pantalon et le jetter.