Mɔgɔ ani mɔgɔw

1. Mɔgɔ ani mɔgɔw / L’homme et les hommes

Mɔgɔ bɛ tagama bi, sigi i bɛ ŋunuma, i bɛ ŋunuma bi, sini i bɛ tagama.

L’homme marche aujourd’hui sur deux pieds, demain à quatre pattes il va à quatre pattes auourd’hui, demain il marche sur deux pieds.

Mɔgɔ bɛ i diyanyako lɔn, nka Ala le bɛ i nafako lɔn.

L’homme sait ce qui lui plaît, mais c’est Dieu qui sait ce qui est pour son bien.

Mɔgɔ bɛ fasa k’a sɔrɔ bana tɛ i ra.

L’homme peut maigrir sans être malade.

Mɔgɔ bɛ ban ko dɔ ma, k’a sɔrɔ i m’a fɔ “N’tɛ”.

On peut refuser une chose, sans dire "non!"

Mɔgɔ bɛ tugu ka ŋuna, nka i tɛ se tugu ka wɔsi.

On peut gémir par exprès, mais on ne peut pas transpirer par exprès.

Mɔgɔ bɛ kɔ min lɔn, i bɛ to ji le ra.

La rivière qu’on connait, c’est dans son eau qu’on se noie.

Dɔw tɛ gbɛɲɛ bɔrɔlaman lɔn, n’a ma bɔ k’a yira o ra.

Certains ne reconnaissent pas un fouet dans un sac, il faut l’enlever pour le leur montrer.

Mɔgɔ boritɔ bɛ pan ka fla min tigɛ, dagasigi tɛ masɔrɔ o ra tuun.

Un médicament qu’on coupe en courant, (s’agissant des feuilles) on n’a pas le temps de le préparer dans un canari.

Mɔgɔdarabɔsanji tɛ fin terebɔ fɛ.

Pluie de provocation ne commence pas à l’est.

Mɔgɔ dɔ bɛ faninya tigɛ i ye, sabu a bɛ malo i ma, walama a bɛ siran.

Quelqu’un te ment, simplement parce qu’il a honte de toi, ou qu’il a peur.

I fa yɛlɛnna yiri min na, hali n’i ma se ka yɛlɛ o yiri ra, i ka kan ka se ka i boro la a jura.

L’arbre dans lequel ton père montait, même si tu ne peux pas monter à cet arbre, tu dois pouvoir au moins poser ta main sur son tronc.

Mɔgɔ, i bɛ na mɔgɔw le boro, i bɛ taga mɔgɔw le boro.

Homme, tu viens (au monde) entre les mains des hommes, tu repars entre les mains des hommes.

Jɛgɛ jigi je ji ye, sogo jigi ye kongo ye, mɔgɔ jigi ye mɔgɔ ye.

L’espoir du poisson c’est l’eau, l’espoir du gibier c’est la forêt, l’espoir de l’homme, c’est l’homme.

Mɔgɔ lɔnnin ci ka di.

Il est plus facile d’envoyer en mission un homme qui est débout.

Mɔgɔ tɛ kɛ i yɛrɛ jugu ye.

On ne peut pas être son propre ennemi.

Mɔgɔ ka kan ka i pan ko dɔw kunna, janko i ye dunuɲa diyabɔ.

On doit sauter par dessus certaines choses afin de pouvoir jouir de la vie.

Mɔgɔ ka kan ka i senkɔrɔyɔrɔ flɛ sani i ye cun.

On doit regarder par terre avant de sauter en bas.

Mɔgɔ kelen saya tɛ dugu diman ci, nka a b’a suma.

La mort d’un seul homme ne détruit pas le village, mais elle refroidit le village.

Mɔgɔ kelen ɲa wɔɔrɔ, o tuma fiyen tɛ dugu ra wa?

Toi seul tu as six yeux! Est ce qu’il n’y a pas d’aveugle dans le village?

Mɔgɔ bɛ se ka kɛ kolɔnbaga ye, nka i tɛ se ka kɛ ko bɛɛ lɔnbaga ye.

On peut être un savant, mais on ne peut pas tout savoir.

Mɔgɔ kumabari ta kuma b’a kɔnɔ.

L’homme qui ne parle pas, a sa parole dans son coeur.

Jɛn ta nɔgɔ tɛ nɔgɔjugu ye.

Les taches de l’union se sont pas de mauvaises taches.

Mɔgɔ min b’a fɔ i diminin ma ko i ye sabari, ni o ma kɛ i ɲin ye, i jugu tɛ.

Celui qui te dit de te calmer quand tu es fâché, même s’il n’est pas ton ami, il n’est pas ton ennemi.

Mɔgɔ min bɛ na i ta so o ka fisa n’i ye.

Celui qui vient chez toi est mieux que toi.

Mɔgɔsaba teriya, kelen b’a kun fɛ.

Amitié de 3 personnes, l’un restera seul.

Mɔgɔ sɔnkɔrɔ bɛ kiti gboya i ra.

Ton ancien caractère peut te faire perdre le procès.

Mɔgɔ tɛ bakɔrɔnin karifa surugu ma.

On ne confie pas le bouc à l’hyène.

Mɔgɔ tɛ bɔ dundunfɔyɔrɔ ra ka na i kɔnɔbara fɔ so kɔnɔ.

On ne quitte pas auprès du tam-tam, pour aller taper son ventre à la maison

Mɔgɔ tɛ den dɔn, k’a kɔsin i yɛrɛ ma.

On ne fait pas danser un bébé (sur les genoux) en ayant son dos vers soi même.

Mɔgɔ tɛ don sulaw ta toron na, ko dɔ kukala kana maga i ra.

On ne peut pas entrer dans le jeu des singes, sans que la queue de l’un ne te touche.