Kuma dɔ bɛ dɔ ɲa

1. Kuma dɔ bɛ dɔ ɲa / Une parole a priorité sur une autre

N’i tɛ jɛgɛ fɛ i bɛ mun kɛ kɔda ra ?

Tu n’aimes pas le poisson, et qu’est ce que tu fais au bord du marigot?

Ele ka kɔnɔnin min fan cɛ, dɔ ka o bamuso domu.

L’oiseau dont (tu te vantes d’avoir) ramassé les oeufs, quelqu’un d’autre a mangé sa mère.

Da dɔ bɛ foroto tɔgɔ fɔ, nka a t’a domu

La bouche peut dire le nom du piment mais sans le manger

I tɛna ɲa bo min cɛ kɔ, i kana to sisɛw y’a yɛrɛgɛ.

Les excréments que tu devras ramasser à tout prix, ne laisse les poules l’éparpiller.

Ele ka wɔlɔni min faga, dɔ ka o fan cɛ.

La perdrix que tu as tuée, quelqu’un d’autre en a ramassé les oeufs.

Jalayiri ka bon ni jalayiri ye, nka jalayiri man kuna ni jalayiri ye.

Un caïlcédrat peut être plus gros qu’un autre caïlcédrat, mais un caïlcédrat n’est pas plus amère qu’un autre caïlcédrat.

Jama jɛnna ka dugawu kɛ mɔgɔ min ye, mɔgɔ kelen ta danga tɛ se ka foyi kɛ o ra.

La malédiction d’une seule personne ne va rien lui faire à l’homme que toute la foule a béni ensemble,

“Janto n’yɛrɛ ra ” kɔrɔko ka ɲi.

Celui qui prend soin de lui même, avance bien en âge.

Lakajan ka di ɲɔgɔmɛ ye, nka a kɔkuru tɛ sɔn.

Le chameau voudrait bien se coucher sur le dos, mais sa bosse refuse.

Jatigiɲininka ka fisa lonanya ra.

Se renseigner auprès d’un autochtone est bon pour l’étranger.

Jɛn o jɛn, faranlon b’a ra.

Toute union a son jour de séparation.

Jɛgɛ ka ji lɔn, nka nanji ko tɛ.

Le poisson sait nager dans l’eau, mais pas dans l’eau de la sauce.

Jɛgɛ tɛ ji ra, i kana tɔgɔ la jɔ kolon na.

Dans ce marigot il n’y a pas de poisson, n’accuse pas le pauvre vieux filet.

Jeli tɛ malo, nka a tenda bɛ wɔsi.

Le griot n’a pas honte, mais son front transpire.

Ji bɛ don kɔ ra dɔɔni dɔɔni le.

C’est peu à peu que l’eau emplit la rivière.

Ji bɔnin tɛ se ka cɛ.

On ne peut pas ramasser l’eau versée.

Ji gbannin fla tɛ se ka ɲɔgɔn suma.

Deux eaux chaudes ne peuvent pas se refroidir.

Ji bɛɛ n’a tɛmɛsira lo.

Chaque eau a son passage.

Ni jidaga ni jifiyɛ bɛɛ sera kɔlɔnda ra, foyi wɛrɛ ma to so tuun.

Si la jarre d’eau et le gobelet à boire sont tous deux au bord du puits, Il n’y a plus rien qui reste à la maison.

Jigi ka fisa ni fa ye.

Espoir vaut mieux que être rasasié.

Jigi tɛ mɔgɔ min fɛ i man kɛnɛ.

Celui qui n’a pas d’espoir est malade.

Ni yiriba ka ben, kɔnɔw bɛ yɛrɛgɛ.

Dès que le gros arbre tombe, les oiseaux se dispersent.

Yiriden gberen bɛ se ka ben yiriden mɔnin ɲa.

Le fruit vert peu tomber avant le fruit mûr.

Ni yirimɔgɔnin ko: “lɔgɔ tɛ tasuma ra !” Ale yɛrɛ tɛ lɔgɔ dɔ ye wa ?

Si la statue de bois dit qu’il n’ya pas de bois dans le feu, lui même n’est-il pas du bois?

Yirinin min b’a kelen na, suma ɲanaman tɛ sɔrɔ o ra.

Un arbre solitaire, ne donne pas beaucooup d’ombre.

Siranbagatɔ kungo man dɔgɔ.

Un peureux ne manque de problèmes.

Lɔfɛn bɛɛ ye lafɛn ye.

Tout ce qui est débout est appelé a se coucher un jour.

Juru le ka misidennin n’a bamuso faran.

C’est la corde qui a séparé le veau de sa mère.

K’a fɔ ko “tasuma !” o tɛ mɔgɔ da jɛnin.

Dire: "du feu!" ça ne brûle pas la bouche.

Ka Ala to san fɛ, duga tɛ bin domu.

Tant que Dieu est ciel, le vautour ne mangera pas de l’herbe.

Ni mɔgɔ saba ka jɛn kurusi kelen na, dɔ ta lebu le b’a ra.

Si trois personnes patagent une culotte, l’un court le danger de rester tout nu un jour.

Kabini Ala ka dunuɲa dan k’a bla a yɛrɛ kɔ fɛ, a m’a kɔ flɛ tuun.

Depuis que Dieu a créé le monde et la mis derrière lui, il ne s’est plus retourné pour le regarder.

Karan ni kolɔn tɛ kelen ye.

L’instruction est différente de la sagesse.

Karifa ka gbɛlɛ Ala ma.

Chose confiée coûte chère à Dieu