Kódì 2021 (notes)

INTRODUCTION
Qu’est-ce que le Dioula ? À cette question d’aspect si simple, les réponses apparaissent, selon les auteurs, et selon les locuteurs eux-mêmes, si divergentes, en introduction à ce cours d’expliquer notre position sur ce point.

1. Unité 1

Unité 1

VOCABULAIRE

1-1

mùso

femme

c’est

ce n’est pas

1-2

est-ce que

mùn

quoi

ɔnhɔn

oui

ɔn ɔn

non

móbili

voiture

kúrun

pirogue

dàga

canari

wùlu

chien

jakuma

chat

mùru

couteau

bèse

machette

jɛgɛ

poisson

kɔnɔ

oiseau

1-3

(marque d’énoncé)

à

il, elle, le, lui…​

jɔn

qui

yàn

ici

homme

dén

enfant

1-1-1

1.1. Voyelles du dioula

Écoutez et répétez

bi

du

pe

wa

go

 +

bin

kun

ben

yan

lon

bɛn

lɔn

 +

in / en

en / ɛn

on / ɔn

ɔn / an

1.1.1. Exercise 1

Écoutez, répétez et transcrivez les voyelles suviantes:

  1. i

  2. in

  3. ɔ

  4. ɔn

  5. an

  6. o

  7. on

  8. u

  9. un

  10. e

  1. en

  2. ɛ

  3. ɛn

  4. a

  5. an

  6. ɔn

  7. in

  8. ɛn

  9. en

  10. a

1-1-2

1.2. Consonnes du Jula

Certaines consonnes présentent des difficultés pour un locuteur francophone

Écoutez et répétez:

ɲa / ŋa ca / ja gwa hati sara / saga

1.2.1. Exercise 2

Écoutez, répétez et transcrivez les mots suivants:

  1. sun

  2. yan

  3. ɲɔ

  4. nɛn

  5. sɔn

  6. son

  7. gwɛ

  8. ku

  9. ci

  1. jan

  2. ji

  3. ben

  4. lɔn

  5. yen

  6. sɔgɔ

  7. sɔrɔ

  8. ten

  9. fin

  10. han

1-1-3

1.3. Tons du Jula

1.3.1. Ton ponctuel

Ecoutez

kó

kó

hi

Exercise 3

Écoutez et répétez les paires de mots suivants puis répondez: semblable (S) ou différant (D), suivant que les tons uq’ils portent vous paraissent semblables ou différents.

s/o Piste audio non disponible

Exercise 4

Écoutez:

dí : ce mot porte un ton haut
sà : ce mot porte un ton bas

s/o Piste audio non disponible

1-1-4

1.3.2. Ton modulé

Ecoutez

sóo

sóo

lo

nɛ́ɛn

nɛ́ɛn

lo

Exercise 5

Écoutez:

tɔɔ

le ton de ce mot est modulé

sín

le ton de ce mot est ponctuel

Exercise 6

1-1-5

L’énoncé nominal

Écoutez

músó lò lo hi mid

c’est une femme

mùsó tɛ lo lo hi

ce n’est pas une femme

8. Unité 8

8-0-1

8.1.  

8.1.1.  

L’injonction se forme à l’affirmatif par la copule yé, au négatif par la copule kána. ex.:

à kó musa yé nà

il dit que Moussa vienne

à kó í yé nà

il dit que tu viennes

à kó án yé nà

il dit que nous venons

à kó Musa kána nà

il dit que Moussa ne vienne pas

à kó í kána na

il dit que tu ne viennes pas

Nous avons vu en III-1 comment se forme l’impératif à la deuxième personne du singulier la deuxième personne du singulier est la seule personne à laquelle l’impératif et l’injonctif soient différents; aux autre personnes, les marques des discours direct et indirect sont les mêmes: ex.:

áw kána à kɛ́

ne le faites pas

à b’à fɔ́ kó áw kána à kɛ́

il dit que vous ne le fassiez pas

à b’á fɔ́ Musa yé nà

Il dit que Moussa vienne

à yé nà

qu’il vienne

8.1.2.  

mín est une élément grammatical qui sert à former des phrases complexes: c’est un pronom relatif, qui ne devra pas être confondu avec mín, élément interrrogatif (II-0-4). Le pronom relatif se place derrière le nom auquel il réfère, l’ordre des éléments restant le même; exemples:

mùso mín bé yàn, n bàmuso lò

la femme qui est ici est ma mère

à kà mùso mìn yé, n bàmuso lò

la femme qu’il a vue est ma mère

a kà wári dí mùso mín má, n bàmuso lò

la femme à qui il a donné l’argent c’est ma mère

Le rélatif prend la marque du pluriel: exemples:

à kà mùso mínw fò, n m’ò lɔ́n

les femmes qu’il a saluées, je ne les connais pas.

  1. mínw se prononce très fréquémment múnunw

  2. mín peut s’employer sans référent; exemple:

    à kà mín fɔ́, mɔ̀gɔ sí má lɔ̀n

    personne ne sait ce qu’il a dit

8.1.3.  

comme et mín sert à construire des phrases complexes; deux constructions sont possibles:

  1. proposition 1 + fó + proposition 2

  2. proposition 1 + fó kà + (sujet) + verbe

Exemples:

  1. à kà báara kɛ́ fó à sɛ̀gɛla

    il a travaillé jusqu’à se fatiguer

  2. à kà báara kɛ́ fó kà sɛ̀gɛ

    il a travaillé jusqu’à se fatiguer

  3. à kúmana fó Amadu nána

    il a parlé jusqu’à ce que Amadou vienne

  4. à kúmana fó ka Amadu ná

    il a parlé jusqu’à la venue d’Amadou

  1. si le sujet est le même dans les deux propositions, il n’est pas répété après dans le type de construction B.

  2. les deux constructions ne sont pas, du point de vue du sens, équivalentes; la phrase 3 signifie: il a parlé de telle manière qu’Amadou est venu; le sens de l phrase 4 est le suivant: il a parlé jusqu’à la venu d’Amadou.

8.1.4.  

drɔ́n, fána, yɛ̀rɛ, kɔ̀ni sont des éléments qui peuvent se placer soit derrière le nom, soit à la fin de l’énoncé. Nous n’envisagerons dans ce cours que le premier cas; examples:

mùso drɔ́n nàna

la femme seulment est venue

mùso fána nàna

la femme aussi est venue

mùso yɛ̀rɛ nàna

la femme elle-même est venue

mùso kɔ̀ni nàna

la femme, pour sa part est venue

Avec un pronom, on trouvera les formes suivantes: né drɔ́n…​, íle drɔ́n…​, etc…​, de même, on dira né kɔ̀ni…​

drɔ́n, fána yɛ̀rɛ, kɔ̀ni peuvent êre employées derrière un nom ou in pronom en fonction d’object ou de circonstant; exemples:

à ká à dir né kɔ̀ni mà

c’est à moi qu’il l’a donné

à kà ń mùso fána yé

il a vu aussi ma femme

8.1.5.  

kà bán, kà mɛ́ɛn, kà ɲan sont des expressions très usuelles formées avec le connectif kà (cf 4-1-4) et un verbe; exemples:

à kà báara kɛ kà ban

il a fini de travailler

à kà báara kɛ kà mɛ́ɛn

il a travaillé longtemps (il a "duré" au travail)

à kà báara kɛ kà ɲan

il a bien travaillé

8.1.6.  

Le pronom réfléchi est le même que le pronom sujet, sauf ou la troisième personne du singlier ou í remplace à; exemples:

ń kà ń sìgi

je me sis assis

à k’i sìgi

il s’est assis

ù est employé de préférence à ò comme pronom réfléchi de la troisième personne du pluriel.

8.1.7.  

Il existe en dioula plusieurs type de dérivations verbales dont les deux plus fréquents sont la dérivation par préfixation de lá-, et la dérivation par redoublement.

La préfixation de lá- transforme un verbe intransitif en verbe transitif; un berbe transitif auquel est ajouté reste transitif les verbes dérivés en lá- ont souvent une veleur factive; ex.:

à kà Musa lána

il a fait venir Moussa

à kà Awa lákàsi

il a fait pleurer Awa

à kà à lábɔ̀

il l’a fait sortir

Les verbes dérivés par redoublement ont une valeur de répétition, d’intensité; exemples:

fára

déchirer

fárafara

déchirer en petits morceaux, déchiqueter…​

tìgɛ

couper

tìgɛtigɛ

coupler en petits morceaux, hacher…​

8.1.8.  

Les nombres à partir de 10 se disent de la façon suivante:

tán ní kélen

11

tán ní flà

12

tán ní sàba

13

tán ní kɔ̀nɔntɔn

19

mùgan ní kélen

21

mùgan ní kɔ̀nɔtɔn

21

bí sàba

30

bí náani

40

bí kɔ́nɔntɔ

90

bí kɔ́nɔntɔ ní kélen

91

kɛ̀mɛ

100

kɛ̀mɛ flà

200

kɛ̀mɛ flà ní bí sàba ní sàba

233

wáa kélen

1000[1]


1. on emploie de préférence wáa pour 5000 frs et báa pour 1000.
  1. (10) n’est utilisé que pour compter à partir de 30.

  2. se souvenir que kɛ̀mɛ flà = 200 ou 1000 francs., etc…​ (cf. 7-1-15)

  3. pour les nombres supérieurs à 100, on remplace souvent par à ní; exemple:

    wáa kélen à ní kɛ̀mɛ flà

    (6000 francs)

8.1.9.  

il existe plusieurs façons d’indiquer l’âge, plus ou moins courantes:

Musa yé sánji jòli yé?

Musa yé sánji tán yé

Musa sí yé jòli yé?

Musa sí yé sán tán yé

Musa sánji yé jòli?

Musa sánji yé tán

Musa sánji dá yé jòli?

Musa sánji dá yé tán

Sáni jòli bé Musa fɛ̀?

Sánji tán bé Musa fɛ̀

Musa bé sánji jòli?

Musa bé sánji tán

Toutes ces formes sont équivalentes et signifient: quel âge a Moussa? Il a deux ans. Nous choisirons dans les exercices la forme No 3.

Une forme différente est employée pour exprimer un âge appoximatif; exemples:

Musa bé sánji jòli bɔ́

quel âge a à peu près Moussa?

à bé sán tán bɔ́

il a à peu près dix ans

8.1.10.  

On exprime le nom de quelque chose ou le prénom de quelqu’un par les formes:

à tɔ́gɔ

(Bakari, Abidjan…​)

à tɔ́gɔ kó

(Bakari, Abidjan…​)

à tɔ́gɔ yé

(Bakari, Abidjan…​)

à tɔ́gɔ bé

(Bakari, Abidjan…​)

Les questions correspondant à ces quatre réponses sont: à tɔ́gɔ dì? à tɔ́gɔ kó dì? à tɔ́gɔ bé dì? Toutes ces formes sont équivalentes: exemple:

à tɔ́gɔ dì?

à tɔ́gɔ kó Bakari

comment s’appelle-t-il?

il s’appelle Bakari.

Unité 9 VOCABULAIRE

9-1

sɛ́bɛ

papier, lettre

blà

mettre

fára

déchirer

fìli

jeter$

áa

ah!

sabari

pardon

fén

chose

mín

(pronom relatif)

lá-

(dérivatif verbal)

VIII-2

téri

ami

dòn

entrer

fòro

champ

mìsiri

mosquée

rester

tɔ́gɔ

nom (pour une chose) prénom (pour une personne)

drɔ́n

seulement

yɛ̀rɛ

même (lui-même)

kɔ̀ni

quant à

fána

aussi

(marque d’énoncé)

VIII-3

bán

finir

nyɛ̀/nyà

être bien

mɛ́ɛn

durer

sɛ̀gɛ

fatiguer

í ni cé

merci

s’arrêter, être debout

sàra

payer

sánji

année

fó, fó ka

jusqu’à

wɔ́ɔrɔ

6

wólónflà

7

ségi/séegi

8

kɔ̀nɔntɔ

9

tán

10

mùgan

20

wáa

1000, 5000 francs

10 (dans les chiffres supérieurs à 30)

VIII-1-1

Musa

sɛ́bɛ mín tùn bé yèn, í kà à blà mín?

Awa

í kɔ̀rɔmuso lò kà à fárafara kà á
fili

Musa

àyíwà, táa à lánà

Awa

áa, ń dɔ́gɔcɛ, sábali kánà à bùgɔ dɛ́

Le papier qui était là, où l’as-tu mis?

C’est ta grande soeur qui l’a déchiré en petits morceaux et l’a jeté.

Ah bon, fais-la venir!

Ah, mon petit frère, pardon, ne la frappe pas surtout!

exercise 1

nìn lámɛ́n

à kà mɔ̀gɔ min fò, Musa lò wa?

ɔ̀nhɔ́n, à kà mɔ̀gɔ mín fò, Musa lò

ségi à kàn

à kà mɔ̀gɔ min fò, Musa lò wa?

ɔ̀nhɔ́n, à kà mɔ̀gɔ mín fò, Musa lò

9. Unité 9

9-0-1

Les formes ká kàn kà, mán kán kà, très fréquentes en Jula, sont des expressions figées formées à partir d’un énoncé adjectival. Elles correspondent à l’obligation; exemples :

à ká kán kà bɔ́

il doit sortir (il faut qu’il sorte)

à mán kán kà táa

il ne faut pas qu’il parte

la forme affirmative est parfois contractée en: kán kà; exemples:

à kán kà nà

il faut qu’il vienne

9-0-2

Les ordinaux se forment en Jula par l’adjonction du suffixe -nan: sába (trois) — sàbanan (troisième). A kélen (un) correspond fɔ́lɔ (premier), mais dans les nombres supérieus à 10, on retrouve le suffixe -nan: tán ní kélenan (onzième). Le schéma tonal nom + ordinal est le même que le schéma nom + adjectival actif, et donc différent du schéma tonal nom + numéral.

9-0-3

pé est un élément qui se place derrière un numéral son sens est limitatif examples :

dén kélen pé b’a fɛ

il n’a qu’un seul enfant

à kà dàrsi flà pé d’à mà

il ne lui a donné que dix francs

9-0-4

kɔ́nɔma, nɛgɛma, yírilama, hakilima sont des qualifiants formées par suffixation de -ma ou -lama à des éléments nominaux : kɔ́nɔ (ventre), nɛgɛ (fer), yíri (bois), hákili (esprit). Ces éléments complexes fonctionnent, 1) comme qualifiants dans un syntagme qualificatif du même schéma tonal que le syntagme nom + numéral, 2) comme attributs, de la même manière que les participes (cf 7-0-0) exemples :

mùso kɔ́nomaw nàna kùnù

les femmes enceintes sont venues hier

à mùso kɔ́nɔma lo

sa femme est enceinte

mɔ̀go hàkilima lo

c’est un homme réfléchi

  1. dans certains cas, le suffixe peut être -ma ou -lama;

  2. tous les noms n’acceptent pas cette suffixation; parmi ceux qui l’acceptent, on peut citer mùsoma (femelle), cèma, (mâle), jima (liquide).

9-0-5

Un verbe transitif, employé sans objet, garde son sens actif lorsqu’il se nominalise par suffixation de -li/-ni; il est alors lui-même employé comme objet etc dans un énoncé dont le verge est le plus souvent kɛ (faire) exemples:

à bé dómuni kɛ́

il mange (il fait le "manger")

a là tigɛ li kɛ

il coupe ( il fait le "couper")

9-0-6

kò (affaire) est un nom qui peut se placer derrière n’importe quel nom ou verbe pour former un nom composé exemples:

à nàko tún gwɛ̀ lɛ

sa venue (le faire venir, qu’il vienne) était difficile

wáriko ká gwɛ̀lɛ dɛ́

ce qui concerne l’argent (les affaires d’argent) c’est délicat vraiment!

mùso — mùsoko

affaires de femmes, histoires de femmes…​

fúru — fúruko

affaires concernant le mariage

9.1. Exercise 1

  • nìn lámɛ́n

    • Awa kɔ́nɔma lò wa ?

    • Ɔ̀n-hɔn Awa kɔ́nɔma lò.

  • sègi à kàn

    • Awa kɔ́nɔma ló wa ?

    • Ɔ̀n-hɔn Awa kɔ́nɔma lò.

  1. à mùso kɔ̀nɔma lò wa ?

  2. à dénmuso hákilima lò

  3. à kà mùso kɔ̀nɔma yé wa ?

  4. mùso kɔnɔma saba nana wa ?

9.2. Exercise 2

  • nìn lámɛ́n

    • mùso kélen nàna

    • mùso kélen pé nàna

  • sègi à kàn

    • mùso kélen nàna

    • mùso kélen pé nàna

  •  

    1. mɔ̀gɔ náani táara yèn

    2. à kɔ̀rɔcɛ sàba nàna à fò

    3. mùso kélen sɔnna

    4. à kà múru nɛ̀gɛma kélen sàn

    5. yíri kélen tìgɛla

    6. mɔ̀gɔ kélen bɔ́la wa?

    7. mùso kélen b’à fɛ̀

    8. dɔ́gɔcɛ sàba bé musa fɛ̀

    9. à bé aàrsi lóoru fɛ̀

    10. à bé sàga kélen fɛ̀

    11. dén mísɛn lóoru bé lú kɔ́nɔ

    12. dàrsi tán dí n mà

 
  1. mɔ̀gɔ náani pé táara yèn

  2. à kɔ̀rɔcɛ sàba pé nàna à fò

  3. mùso kélen pé sɔnna

  4. à kà múru nɛ̀gɛma kélen pé sàn

  5. yíri kélen pé tìgɛla

  6. mɔ̀gɔ kélen pé bɔ́la wa?

  7. mùso kélen pé b’à fɛ̀

  8. dɔ́gɔcɛ sàba pé bé musa fɛ̀

  9. à bé dàrsi lóoru pé fɛ̀

  10. à bé sàga kélen pé fɛ̀

  11. dén mísɛn lóoru pé bé lú kɔ́nɔ

  12. dàrsi tán pé dí n mà

9-0-7

9.3. Exercise 3

Répondre à l’aide des nombres encadrés

  • nìn lámɛ́n

    • à táara à tlè yé nìn yé?

    • à táara à tlè sàba yé nìn yé

  • sègi à kàn

    • à táara à tlè yé nìn yé?

    • à táara à tlè sàba yé nìn yé

  •  

    1. à mùso nàna à tlè jòli yé nin yé?

    2. à kè mùso fùru à kálo jòli yé nin yé?

    3. à fàcɛ sàla, à à tlè jòli nin yé?

    4. cɛ kɔ̀rɔba sàla à sánji jòli yé nin yé?

    5. à táara Abidjan, à sánji jòli yé nin yé?

    6. à dénmuso sàla, à lɔ́gɔkun jòli yé ni yé?

    7. à má na, à kálo jòli yé ni yé?

    8. à séla yàn, à kálo jòli yé ni yé?

    9. ò táara à tlè jòli yé ni yé?

    10. mùso kɔ̀nɔma táara, à tlè jòli yé ni yé?

    11. à dén sàbanan sàla, à tlè jòli yé ni yé?

    12. báara bánna, à tlè jòli yé ni yé?

 
  1. à mùso nàna à tlè náani yé nin yé?

  2. à kè mùso fùru à kálo lɔ́ɔru yé nin yé?

  3. à fàcɛ sàla, à à tlè kɔ́nɔtɔ nin yé?

  4. cɛ kɔ̀rɔba sàla à sánji sàba yé nin yé?

  5. à táara Abidjan, à sánji tán ní flà yé nin yé?

  6. à dénmuso sàla, à lɔ́gɔkun lɔ́ɔru yé ni yé?

  7. à má na, à kálo tán ní kélen yé ni yé?

  8. à séla yàn, à kálo tán ní sàba yé ni yé?

  9. ò táara à tlè wɔ́ɔrɔ yé ni yé?

  10. mùso kɔ̀nɔma táara, à tlè náani yé ni yé?

  11. à dén sàbanan sàla, à tlè ségi yé ni yé?

  12. báara bánna, à tlè tán ní wɔ́ɔrɔ yé ni yé?

9.4. Exercise 4 pí

  • nìn lámɛ́n

    • mùso nàna

    • mùso sí má na

  • sègi à kàn

    • mùso nàna

    • mùso sí má na

  •  

    1. cɛ̀ má nà kúnu

    2. à má mɔ̀gɔ fò

    3. mɔ̀gɔ táara à fɔ̀

    4. à ká à di mɔ́gɔ mà

    5. à mán kán kà sògo dómu

    6. yíri tɛ̀ yèn

    7. a tún má mùso fúru

    8. dén sàla

 
  1. cɛ̀ sí má nà kúnu

  2. à má mɔ̀gɔ sí fò

  3. mɔ̀gɔ sí táara à fɔ̀

  4. à ká à di mɔ́gɔ sí mà

  5. à mán kán kà sògo sí dómu

  6. yíri sí tɛ̀ yèn

  7. a tún má mùso sí fúru

  8. dén sí sàla

9-0-8

9.5. Exercise 5 objet + V V + -li/-ni + kɛ́

  • nìn lámɛ́n

    • à má jɛ́gɛ dómu

    • à má dómuni kɛ

    • à bé jɛ́gɛ dómu

    • à bé dómuni kɛ

  • sègi à kàn

    • à bé jɛ́gɛ dómu

    • à bé dómuni kɛ

  •  

    1. à má màlo dómu

    2. à tùn bé màlo dómu

    3. à tùn bé màlo dómula

    4. à bé sògo tìgɛ

    5. à bé sògo tìgɛtìgɛ

    6. à bámuso bé kú tóbi

    7. à bé fàni sànna

    8. à n' à mùso bé bàranda fèere

 
  1. à má dómuni kɛ

  2. à tùn bé dómuni kɛ

  3. à tùn bé dómuni kɛla

  4. à bé tìgɛli kɛ

  5. à bé tìgɛtìgɛli kɛ

  6. à bámuso bé tóbili kɛ

  7. à bé sànni kɛla

  8. à n' à mùso bé fèere kɛ

9-0-9

9.6. Exercise 6 |

  • nìn lámɛ́n

    • à táako mán dí ń ye.

    • à táako ka dí ń ye.

  • sègi à kàn

    • à táako mán dí ń ye.

    • à táako ka dí ń ye.

  •  

    1. à nàko mán dí ń yé

    2. mùsofuruko ká gwɛ̀lɛ dɛ́

    3. ń má Musa séko mɛ́n dɛ́

    4. à táara Bouake à fúruko kósɔn

    5. màlosɔrɔko ká gwɛ̀lɛ yèn dɛ́

    6. Musa kó mùsoko yé ko gwɛ̀lɛmán yé

    7. báarakɛko mán dí Musa yé

    8. kúmacaman mán dí mɔ̀gɔ ɲùmán yé

    9. à má nà à dénko kóson

    10. à nàko tùn ká gwɛ̀lɛ kósobɛ

 
  1. à nàko ká dí ń yé

  2. mùsofuruko mán gwɛ̀lɛ dɛ́

  3. ń ká Musa séko mɛ́n dɛ́

  4. à má táa Bouake à fúruko kósɔn

  5. màlosɔrɔko mán gwɛ̀lɛ yèn dɛ́

  6. Musa kó mùsoko tɛ́ ko gwɛ̀lɛmán yé

  7. báarakɛko ká dí Musa yé

  8. kúmacaman ká dí mɔ̀gɔ ɲùmán yé

  9. à nàna à dénko kóson

  10. à nàko tùn mán gwɛ̀lɛ kósobɛ

9.7. Exercise 7 |

  • nìn lámɛ́n

    • à táara à tlè flà yé nin yé

    • à n’à dén táara à tlè flà yé nin yé

  • sègi à kàn

    • à táara à tlè flà yé nin yé

    • à n’à dén táara à tlè flà yé nin yé

  •  

    1. à sàla, à kálo flà yé ní yé

    2. Musa má sɔ̀n kà mɔ̀gɔ sí fò

    3. à má dómuni kɛ́, à tlè sába yé nin yé

    4. Seku mùso táara Bouake, Bakari sàkó kóson

    5. Adama kà aàrsí lóoru pé dí Musa mà

    6. a tùn má Bakari sàkó mɛ́n

    7. ɔ́nhɔ̀n, Seku tɛ́ sànni kɛ́ yàn

    8. à má fén sí sɔ̀rɔ báara yɔrɔ lá

 
  1. à n’à dén sàla, à kálo flà yé ní yé

  2. Musa n’à dén má sɔ̀n kà mɔ̀gɔ sí fò

  3. à n’à dén má dómuni kɛ́, à tlè sába yé nin yé

  4. Seku mùso n’à dén táara Bouake, Bakari sàkó kóson

  5. Adama n’a dén kà dàrsí lóoru pé dí Musa mà

  6. a n’a dén tùn má Bakari sàkó mɛ́n

  7. ɔ́nhɔ̀n, Seku n’a dén tɛ́ sànni kɛ́ yàn

  8. à n’a dén má fén sí sɔ̀rɔ báara yɔrɔ lá

9.8. Exercise 8

  • nìn lámɛ́n

Musa

Kúnu, ń tùn bànala

Hier, j’étais málade

Awa

mùn lò tùn b’í dími?

Qu’est-ce qui te faisait mal?

Musa

ń kùn lò kɛ̀, nkà bi, à nɔ̀gɔyala

Ma tête, máis aujourd’hui ça va mieux

Awa

áa kɛ́nɛya ká dí ní bàna yé dɛ́

Ah, mieux vaut être bien portant que málade!

  • sègi à kàn (sínyɛ sàba)

Kúnu, ń tùn bànala

mùn lò tùn b’í dími?

ń kùn lò kɛ̀, nkà bi, à nɔ̀gɔyala

áa kɛ́nɛya ká dí ní bàna yé dɛ́

9.9. Exercise 9 |

  • nìn lámɛ́n

    • à kùn b’à dimi

    • à kùn t’a dimi

  • sègi à kàn

    • à kùn b’à dimi

    • à kùn t’a dimi

  •  

    1. à sèn b’à dími

    2. ń kùn tùn bé ń dími

    3. à kán b’à dimi

    4. Musa kɔ́ b’a dími

    5. ń bólo bé ń dími

    6. dén nin ḱɔ́nɔ b’à dími

    7. ń ɲá bé ń dími

    8. à dá b’à à dími

    9. à tló b’à dími

    10. à nún b’à dimi kósobɛ

 
  1. à sèn t’à dími

  2. ń kùn tùn tɛ́ ń dími

  3. à kán t’à dimi

  4. Musa kɔ́ t’a dími

  5. ń bólo tɛ́ ń dími

  6. dén nin ḱɔ́nɔ t’à dími

  7. ń ɲá tɛ̀̀ ń dími

  8. à dá t’à à dími

  9. à tló t’à dími

  10. à nún t’à dimi kósobɛ

9.10. Exercise 10

Répondre à l’aide des desseins:

  • nìn lámɛ́n

  • question

  • answer

  • sègi à kàn

Questions

  1. à sèn b’à dími

  2. ń kùn tùn bé ń dími

  3. à kán b’à dimi

  4. Musa kɔ́ b’a dími

  5. ń bólo bé ń dími

  6. dén ni ḱɔ́nɔ b’à dími

  7. ń ɲá bé ń dími

  8. à dá b’à à dími

  9. à tló b’à dími

  10. à nún b’à dimi kósobɛ

Réponses
  1. à sèn t’à dími

  2. ń kùn tùn tɛ́ ń dími

  3. à kán t’à dimi

  4. Musa kɔ́ t’a dími

  5. ń bólo tɛ́ ń dími

  6. dén nin ḱɔ́nɔ t’à dími

  7. ń ɲá tɛ̀̀ ń dími

  8. à dá t’à à dími

  9. à tló t’à dími

  10. à nún t’à dimi kósobɛ