Fɛn kelen

1. Fɛn kelen / Une chose

Fɛn kelen tigi caaman ma ɲi, fɛn kelen tigintan ma ɲi.

Une chose avec beaucoup de propriétaires, c’est pas bien, une chose sans propriétaire, c’est pas bien.

Fɛn min bɛ banabagatɔ kɛnɛya, o bɛ fa bla kɛnɛbagatɔ ra.

Ce qui guérit un malade, rend fou un bien portant.

Fɛn min bɛ mɔgɔ mina, i tɛ o senkan mɛn.

Ce qui va t’attraper, tu ne l’entends pas venir.

Fɛn min bɛ to misɛnya ra, o dan ye foni ye.

Il n’y a que le fonio qui reste petit.

Fɛn min ka di mɔgɔ ye i ka kan ka o bla i ɲa fɛ, n’o tɛ a kɔflɛ bɛ caya.

Ce que tu aimes, mets le devant toi, sinon les coups d’oeil par derrière seront nombreux.

Fɛn min ka ɲi ɲɔ ma o ye bɔrɔ ye.

Ce qui est mieux pour le mil, c’est le sac.

Fɛn min nana i kama o tɛ i jɛn.

Ce qui est venu rien que pour toi, ne te manquera jamais.

Fɛn min ka mɔgɔ sennateriya, o ka kan ka i darateriya.

Ce qui t’a fait courir vite, doit te faire parler vite.

Fɛn ɲanin, tigi caaman.

Chose réussie, (revandiquée par) plusieurs propriétaires!

Ni fɛn nyuman tɔmɔbaga ko a tɛ ɲa a kɔ, o burunna min fɛ o bɛna a yɛrɛ faga.

Si celui qui a ramassé l’objet ne veut plus s’en passer, et que dire de celui qui l’a égaré? il va se tuer!

Fɛnw fincogo ye kelen ye, nka o manamanacogo tɛ kelen ye.

Les choses moircissent de la même manière, mais ils ne brillent pas de la même manière.

Fɔnɲɔba bɛ yiribaw ben, nka a bɛ tɛmɛ yirimisɛnw ni binw kunna.

Le grand vent fait tomber les gros arbres, mais il passe au dessus des arbustes et des herbes.

Fɔɲɔ bɛ ɲɔfiyɛbaga boro kɔrɔtanin le sɔrɔ.

Le vent vient trouver les mains de la vaneuse en haut.

Fiyentɔ jusuba, i ɲa yɛlɛlon le fɔra i ye cɔ.

Un aveugle qui a un gros coeur? on t’a certainement dit le jour où tes yeux s’ouvriront.

Fiyentɔ bɛ dɔnkɛ n’a ta dɔnkɛsara ye a boro.

L’aveugle danse avec son salaire de danse en main.

Fiyentɔya ladegi man gbo.

Faire l’aveugle n’est pas difficile.

Fiyentɔya o, nanbaraya o, wurudennin ka nin bɛɛ kɛ ka tɛmɛn.

Vivre sans voir, sans marcher, le petit chiot a passé par toutes ces étapes.

Ni folo bɛ i kan na, n’i bɛ ko, i b’a ko, n’i bɛ mun i b’a mun, nka a man di i ye.

Si tu as le goitre, quand tu te laves, tu le laves, quand tu t’embaumes, tu l’embaumes, mais tu ne l’aimes pas.

Foro damina ye wagabɔn ye.

Pour faire un champ, on commence par enlever les herbes.

Forokonin tora a logisara ra.

Le sac a été vendu à son prix de revient, (sans bénéfice).

Ni forotobɔrɔ ka kɔrɔ cogo o cogo, tisota bɛ sɔrɔ a ra.

Le sac de piment a beau être vieux, il y en aura suffisament pour faire éternuer.

Foyi tɛ yi ni kɔrɔ tɛ min na.

Rien ne se fait sans cause.

Foyi tɛ to kuraya ra.

Rien ne reste toujours à l’état neuf.

“Flamuso, i kɔnɔman lo wa ?” “Ɔn hɔn.” “Den ye cɛ le ye wa ?” “N’ ma o lɔn !”

"Femme peulh, tu es enceinte?" " Oui!" "Ton enfant est-il un garçon?" "Ça, je ne sais pas!"

Gbabugu ka kɔrɔ ni misiri ye.

La cuisine est plus agée que la mosquée.

Gbɛrɛgbɛrɛko sɔrɔ man gbo.

Un malheur arrive facilement.

Girindi tɛ fa ye, nka kɔngɔtɔ t’a kɛ.

Rôter ne veut pas dire qu’on rasasié, mais celui qui a faim ne le fait pas

Gundojugu bɛ i ko sogo kɛnɛ, n’a torira, a kasa bɛ bɔ.

Le mauvais secret c’est comme de la viande fraîche, Quand il pourrit, il sent mauvais.

Gban tɛ se ka janya a karibaga ma.

Le pied de gombo ne peut pas être trop long pour celui qui coupe le gombo.

Hakɛ bɛ dunuɲa ko bɛɛ ra.

Il y a une offense en toutes choses dans ce monde.

Hakɛ bɛɛ tɛ bla ka lahara kɔnɔ.

Toutes les offenses n’attendent pas le dernier jugement.

"Hakɛ to !" O tɛ wurukinda suma.

Dire: "Pardon!" ne guérit pas une morsure de chien.

Hakiri le ye mɔgɔya ye.

C’est la reflexion qui fait l’homme.