Dugutigikuma

1. Dugutigikuma / Parole de chef de village

Dugu o dugu tɔgɔ ye ko bɛndugu, kɛlɛ tɛ o dugu ci.

Des querelles ne peuvent pas casser un village qui s’appelle " village entente"

Dugutigi ta ye a ta dugu ye ; "n’tɛ si" ta ye a nin ye.

Le chef de village est responsable de son village, celui qui refuse de dormir au village est responsable de son âme.

Mɔgɔ si t’a ta dugusira yira n’a numanboro ye

Personne ne montre le chemin de son village avec la main gauche.

Dugu min mɔgɔw bɛ surugukasi kɛ, ni ele ka bakasi kɛ yi, o b’i domu.

Un village où les habitants imitent le cri de l’hyène, si toi tu immites le cri d’un cabri dans ce village, tu seras mangé.

Dugumɛnɛnin sɔnkɔrɔ ye kinin ye.

Piquer, est une vieille habitude de la fourmi.

Dugutigi den ta sira tɛ kogokɔfɛkuma ra.

Le fils du chef de village n’a rien à voir dans ce qu’on dit derrière le mur.

Dugutaraman kasi bɛnna dondokɔrɔnin ma.

Chanter tard la nuit convient bien au vieux coq.

Derege min tɛ i kanna, i boro bɛ mun ɲini o jufa ra?

Qu’est ce que ta main cherche dans la poche du boubou de quelqu’un d’autre?

Lonan jatigibugɔ, i tagamatuma sera dɛ!

Etranger qui frappe autochtone, ton départ est proche!

Dugu mɔgɔkɔrɔbaw ye yiribaw le ye, ni o ka ben, o ɲɔgɔn sɔrɔ man di.

Les vieux du village sont des grands arbres, Quand ils tombent, on les remplace difficilement.

Dunuɲa ye jigijigi caaman, ani yɛlɛyɛlɛ caaman ye.

La vie c’est beaucoup de montées et beaucoup de descentes

Dunuɲa ye sɔgɔmada caaman ye.

La vie est faite de beaucoup de matins

Dudunkan bɛnna, balankan bɛnna, filenkan bɛnna, mɔgɔya bɛnnin ka fisa ni nin bɛɛ ye.

Les tam-tam s’accordent bien, les balafonds s’accordent bien, les flûtes s’accordent bien, mais il est encore mieux quand les hommes s’accordent bien.

Dudunkan o, balankan o, susurikan ka di lonancɛ toro ra ka tɛmɛ nin bɛɛ kan.

Le son des tam-tam c’est bien, le son des balafonds c’est bien, mais le meilleur son dans l’oreille de l’étranger c’est le bruit des pilons.

Ni dundun ka faran, a bɛ kɛ duduntigi kelen ta ye.

Quand le tam-tam se déchire, ça devient l’affaire du batteur seul.

Jusu le bɛ kɛlɛ kɛ.

C’est avec le coeur qu’on se bat.

Mɔgɔ kɔrɔtɔnin tɛ fa to gbannin na, sani to ye suma o b’a sɔrɔ a wurira.

L’homme pressé ne mange pas à sa faim quand le plat est chaud, avant que le plat ne se refroidisse il se lève.

Fagama ta kumalɔn tɛ kumalɔn ye, fangantanw ta bɛ lakari a ye, mɔgɔbaw ta bɛ lakari a ye.

Le chef sait parler, mais lui même ne sait pas parler, on lui rapporte les paroles des pauvres on lui rapporte les paroles des grands, (et il les repète).

Fagantan ta karafe ye a kanaderege ye.

Le mors du pauvre c’est la chemise qu’il porte.

Fɛn min firibaga tɛ nimisa, o tɔmɔbaga tɛ ɲagari.

Ce que quelqu’un a jetté sans regret, celui qui le ramasse n’aura pas de joie.

Fiyentɔ ta kɔgɔ bɔnna bɛrɛkisɛ ra, takanɛnɛ dabɔra.

Le sel de l’aveugle est versé dans le gravier, Il va goûter un à un tout ce que sa main va trouver.

Mugu min bɛ fagama faga, jamanaden bɛɛ bɛ o cikan mɛn.

Le coup de fusil qui tue le chef, tout le peuple va l’entendre tirer.

Fagamadenbugɔ ni sigi tɛ bɛn.

Frapper le fils du chef et vouloir rester dans le village ne sont pas choses compatibles.

Masacɛ fla tɛ kun gbolo kelen kan.

Deux rois ne peuvent pas s’asseoir sur la même peau.

Farata ɲininkari kojugu b’a lakasi.

Poser trop de questions à l’orphelin finit par le faire pleurer.

K’a fɔ fagantan ma ko: “I ni sɔgɔma ”, o bɛ bɛn, nka k’a fɔ a ma ko “ hɛra sira wa ”, o ye kɛlɛtigɛkan ye.

Dire à un pauvre "Bonjour", c’est bien, mais lui dire: "tu as bien dormi?" c’est une provocation.

Fagantan nana dunuɲa sen mina a bosobagaw ye le.

Le pauvre est né pour saisir les pieds du monde, et aider les riches à le dépécer.

Fatɔ bɛ yaala n’a den fiyereta ye tuma min na, o le y’a santuma ye.

Lorsque le fou promène son fils pour le vendre c’est à ce moment qu’il faut l’acheter.

Fɛnbanbari diya tɛ lɔn tuun.

Une affaire sans fin, finit par ne plus avoir de goût.

Fɛn bɛɛ bɛ taga ka segi mɔgɔ munyuribaga ma.

Tout part et reviens vers l’homme patient.

Fɛn bɛɛ kura cɛ ka ɲi, fɔ kaburu kura.

Tout nouveau tout beau, sauf la tombe.